Rogdham

Réduction d’URL

Les services de redirection d’URL répondent à un réel besoin, mais créent également des problèmes… Tour d’horizon et solution possible.

Présentation

Je ne vous apprend rien en vous disant que la navigation sur Internet se fait généralement au moyen d’adresses web (que j’appellerai URL), qui permettent de se référer à un document, et de naviguer de page en page au fil des liens hypertextes.

Vous avez donc certainement remarqué que certaines de ces URL sont très longues. Tant que l’on n’a pas besoin de les saisir à la main, tout va bien. Mais les ennuis arrivent dès que l’on veut les transmettre par courriel, au téléphone ou par SMS, et je ne parle pas des réseaux sociaux. Il faudrait donc réduire ces URL trop longues, et c’est ce que vous proposent de faire de nombreux sites web.

Si le service de base est toujours le même, l’offre actuelle en la matière est assez diverse. Selon les services, vous pourrez choisir l’adresse réduite, la durée de persistance de la redirection ou la protection par mot de passe. Si tout le monde essaye de proposer des URL réduites ayant le

moins de caractères possibles , certains innovent et réduisent plusieurs URL en même temps , font varier le sous-domaine , se débarrassent des formulaires ( directement via l’URL ou en passant par une API), le nec plus ultra étant l’accès à des statistiques détaillées sur l’utilisation de l’URL réduite…

Technique

La majorité des services de réduction d’URL fonctionnent de la même manière. À chaque adresse à réduire est attribuée une clé, qui est une succession de caractères souvent alphanumériques. Il y a donc une association clé-adresse unique, et l’on comprend bien qu’avec 36 possibilités par caractère, les URL réduites s’allongent au fur-et-à-mesure de l’utilisation du service. Les plus connus en sont actuellement à des clés de 6 ou 7 caractères, ce qui amène à une adresse réduite totalisant une vingtaine de caractères.

Problèmes

Cependant, ces services ne sont pas exempts de défauts. Tout d’abord, ils masquent inévitablement (ou même usurpent) l’adresse de la page de destination, si bien que l’on peut avoir des surprises plus ou moins agréables en se retrouvant sur une page non désirée. De plus, si la durée de vie d’une URL réduite peut être spécifiée, rien n’assure qu’elle ne sera pas revue à la baisse, comme le témoignent le nombre de sites de réduction d’URL qui ont fermé, détruisant en même temps tous les liens qu’ils avaient réduits.

Edit du 21 septembre 2011 : c’est le cas par exemple de fff.to que je mentionnais plus haut.

Au niveau de la politique de confidentialité, chaque site dispose de la sienne, mais il faut être conscient qu’utiliser de telles adresses n’est pas neutre. En effet lorsque vous appelez une URL réduite, vous visitez une page du service de redirection, et à ce titre, vous leur communiquez votre adresse IP ainsi que — évidemment — l’adresse de la page vers laquelle vous allez être redirigés (un phénomène identique est à l’œuvre lorsque vous cliquez sur un lien de la liste des résultats d’un moteur de recherche). Si ceci permet à certains de proposer des statistiques, des utilisations moins positives peuvent être imaginées.

Solution

Pour remédier à ces inconvénients, les deux solutions qui viennent spontanément à l’esprit sont tout sauf pratiques. Ne pas utiliser de tels services peut s’avérer difficile ou impossible suivant les cas. Et créer son propre serveur de redirection d’URL n’est pas à la portée du premier venu, même si ce n’est pas bien difficile.

Une alternative pourrait être la réduction par chaque site de l’URL des pages qu’il propose. Cela ne pose pas de difficulté technique, et en pratique, cela résout tous les problèmes : le service dure aussi longtemps que le site lui-même, donc si un lien réduit est cassé, c’est que le contenu derrière la redirection n’existe plus de toute manière ; pas de problème de confidentialité puisque vous communiquez de toutes façon les mêmes informations à la page cible (donc au même site) ; enfin, du fait du faible nombre d’URL réduites, l’adresse réduite n’est pas bien plus longue que celle produite par les services de réduction habituels, même si vous avez un nom de domaine qui dépasse les trois caractères.

Vous pouvez tester cette solution dès à présent sur mon site en utilisant le lien après l’article ou la page regroupant toutes les redirections mises en place. Et si l’idée vous plaît, libre à vous de l’implémenter sur votre site…

Cet article est sous licence CC BY-SA.

Adresse courte de l’article : http://r.rogdham.net/2.